Une première phase concluante

Le projet STAMP (Sustainable Technology Adaptation for Mali’s Pastoralists) conduit par SNV – Organisation Néerlandaise de Développement, vise à améliorer la résilience des éleveurs pasteurs, face aux évènements climatiques extrêmes, en facilitant leur utilisation des données géo-satellitaires et l’accès à des facilités de financement. Le projet a initié le développement du service d’information GARBAL, désormais accessible à partir de simples téléphones, afin d’aider les éleveurs pasteurs à décider des déplacements de leurs troupeaux à la recherche d’eau et de pâturages. La phase expérimentale du projet (2015-2018) financée par l’Agence Spatiale Néerlandaise (NSO) a permis de démontrer l’existence d’un marché reliant nouvelles technologies et communautés pastorales des régions de Gao et Ménaka. Riche en expériences et leçons apprises, cette phase a démontré l’utilité du déploiement d’un tel service, notamment au vu du nombre croissant d’utilisateurs. Sur cette base et, compte tenu de l’étendue des besoins à satisfaire pour améliorer les conditions d’exploitation de l’élevage en zone pastorale, une deuxième phase du projet financée sur 3 ans par le Royaume des Pays-Bas permettra d’étendre la couverture géographique du service aux régions de Kidal, Tombouctou, et Mopti. Par ailleurs, le contenu informationnel offert par le service sera étendu à des conseils notamment en matière de santé animale et, une application sera développée pour faciliter l’accès financier des éleveurs aux intrants.

Le contexte de mise en œuvre du projet

Les conséquences du changement climatique et l’insécurité affectent la mobilité des éleveurs pasteurs. Leurs moyens traditionnels de prospection des ressources naturelles pour décider de leur transhumance sont rendus aléatoires, coûteux et risqués. Pourtant, la mobilité du bétail dans les zones arides est indispensable à leur survie et, constitue un facteur clé de la sécurité alimentaire des populations pastorales.

Le projet STAMP propose de rendre accessibles aux éleveurs les données satellitaires qui permettent d’identifier où se trouvent l’eau et les pâturages à 10 mètres près. A partir de simples téléphones, les éleveurs peuvent s’entretenir en langues locales avec les téléconseillers du service GARBAL (au 37 333 pour 25 FCFA/min ) ou envoyer des requêtes USSD (au #222# pour 75 FCFA/requête) afin de disposer instantanément d’informations sur : (i) la disponibilité et (ii) la qualité de la biomasse, (iii) la disponibilité des eaux de surface, (iv) le niveau de concentration du bétail autour de ces ressources et (v) les prix du bétail et des céréales le long des axes de transhumance. En plus des informations d’aide à la décision pour la mobilité, cette nouvelle phase du projet offre des conseils à l’exploitation pastorale, dont la santé animale, elle propose en outre des produits financiers adaptés aux besoins des éleveurs pour l’accès aux intrants. La majorité des éleveurs n’étant pas bancarisés, il leur est en effet difficile d’avoir accès à un quelconque financement pour développer leurs activités, cette solution innovante sera un levier de préservation de leurs moyens d’existence et, de relance économique des zones ciblées. La majorité des éleveurs n’étant pas mis en banque, il leur est en effet difficile d’accéder à un financement pour développer leurs activités. Cette solution innovante sera un vecteur de préservation de leurs moyens de subsistance et de relance économique des zones ciblées.

Le projet STAMP s’appuie sur la combinaison de données satellitaires et d’informations collectées dans leurs terroirs par les éleveurs pasteurs eux-mêmes ; toutes plus cruciales les unes que les autres, pour anticiper leurs mouvements, économiser du temps et de l’argent et, par conséquent améliorer la productivité de leur élevage.

Résultats du projet

Démarré en 2015, la première phase du projet STAMP a facilité le développement et l’expérimentation de la chaîne d’information du service. Puis, GARBAL a été lancé commercialement en novembre 2017 à Gao. Depuis , 1,307 appels provenant de 83% d’éleveurs et 84,816 requêtes USSD émises par 55,821 utilisateurs ont été enregistrés, ce qui témoigne de l’intérêt pour le service. Au cours d’une enquête menée auprès de 400 personnes en Juillet 2018, 98% des utilisateurs se sont dits satisfaits ou très satisfaits du service, 97,6% reconnaissent la précision des informations transmises et, 91,2% indiquent avoir pris des décisions différentes en fonction des informations reçues. En 2017, le service GARBAL a reçu le 1er prix national du concours ORANGE de l’Entrepreneur Social. Il a également été présenté à la Semaine Mondiale de l’Eau 2018, qui a eu lieu à Stockholm (Suède) pour sa technologie en matière de détection des eaux de surface en milieu aride. Reconnu comme une innovation en matière de lutte contre le changement climatique, il a été référencé par le Programme des Nation Unies pour l’Environnement qui est la principale autorité mondiale en matière d’environnement.

Partenariat public-privé

La deuxième phase du projet STAMP (3,3 million €) est financée par le Ministère des Affaires Etrangères du Royaume des Pays-Bas à travers son Ambassade au Mali. ORANGE Mali qui gère et exploite commercialement le centre d’appel et le service USSD met à profit son réseaux et les solutions techniques nécessaires à la collecte et à la distribution des données auprès des éleveurs pasteurs. L’ONG locale TASSAGHT supervise la collecte, la transmission des données de terrain et sensibilise les éleveurs sur l’utilisation du service. Les données satellitaires sont traitées et stockées par Hoefsloot Spatial Solution. Le Ministère de l’Elevage et de la Pêche et ses départements accompagne la promotion du service sur le terrain, alimente en contenu le service notamment lorsqu’il s’agit de la mise à jour de la législation et de la réglementation relatives aux productions, aux industries animales et aux aménagements pastoraux, à la protection zoo sanitaire et à la santé publique vétérinaire. Le projet est également soutenu par le Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication, qui participe à la gouvernance du service. Enfin, SNV qui a conçu l’idée du service, assure la coordination du projet et veille à ce qu’il réponde au mieux aux besoins, aux réalités et aux aspirations des éleveurs pasteurs.

À propos de la SNV

SNV est une organisation internationale de développement à but non lucratif, établie aux Pays-Bas en 1965. Elle intervient dans les pays en développement depuis plus de 50 ans, et opère aujourd’hui dans 30 pays en Afrique, Asie et Amérique latine. SNV se dédie à une société dans laquelle toutes les personnes, sans distinction de race, de classe ou de sexe, jouissent de la liberté de poursuivre leur propre développement durable.

Connue pour sa forte capacité à mettre en œuvre et administrer des programmes complexes et de taille importante pour de nombreux bailleurs de fonds, SNV prend en charge un portefeuille d’activités de €130 millions par an. A travers la mise en œuvre de projets, de services de conseil, d’un réseau de connaissances et l’appui au plaidoyer, les experts de SNV renforcent la capacité des communautés locales, des entreprises et des organisations locales, afin qu’elles deviennent autonomes, plus performantes et contribuent à la réduction de l’extrême pauvreté et à la bonne gouvernance.

SNV se concentre sur les questions liées à l’agriculture, l’alimentation, l’énergie, l’hygiène et l’eau, en l’occurrence quatre défis mondiaux qui influencent fortement les opportunités des pauvres et sont étroitement liés au changement climatique. Au Mali où les interventions ont commencé en 1979, l’organisation dispose de bureaux à Bamako, Ségou, Sikasso, Gao et à la faveur de ce projet ouvrira des bureaux à Mopti. En outre, SNV Gao et intervient directement et à travers ses partenaires dans le district de Bamako et les régions de Koulikoro, Kayes et Tombouctou.

Contact presse:

Thiam Jafar – (+223) 76 59 75 59– jthiam@snv.org